ACSAM Judo Notre partenaire ACSAM Judo
Le Judo : questions - réponses
Athlétique Club Soisy-sous-Montmorency Andilly Margency
Judo en japonnais

Le Judo en quelques mots


A lire également (plutôt réservé aux initiés) :
Le Judo expliqué par Jigoro Kano
Le code d'honneur du Collège National des Ceintures Noires de France

  • Vous souhaitez peut-être vous mettre au Judo. Mais vous ignorez si ce sport est fait pour vous. Cette rubrique est faite pour vous. Nous répondons ici aux principales questions que les gens nous posent régulièment.
  • Sachez d'abord que ce sport est ouvert aussi bien aux filles qu'aux garçons.

    Sachez également qu'on peut commencer le Judo à n'importe quel âge. Notre club, devant la demande des parents, a tenté l'expérience d'ouvrir une section pour les enfants de 5 ans. Depuis trois ans qu'elle fonctionne, on peut la tenir pour concluante.

    Beaucoup de personnes nous demandent souvent si elles peuvent reprendre le Judo alors qu'elles en ont fait enfant et que maintenant elles ont 30, 35 voire 40 ans passés.
    La réponse est bien sûr positive. Le tout est de déterminer si l'envie est vraiment là. Ne vous sous-estimez pas. Vous ne deviendrez pas des champions du monde (mais était-ce réellement votre objectif ?). En revanche, vous pourrez devenir ceinture noire. Si, si. On en connaît, n'est-ce pas Monsieur le Président du club ?

    D'une manière générale, du moment que votre médecin ne vous en déconseille pas la pratique, le Judo est fait pour vous.

    Le Judo peut être envisagé sous différents angles.

    Comme un loisir tout d'abord. Bien qu'individuel, le Judo est un sport qui se pratique en groupe. Vous aurez donc, comme dans toute association, l'occasion de vous amuser (voir le programme de l'année : Calendrier des manifestations) et de vous faire des amis.

    Le Judo est également un sport, quel scoop ! Reste à savoir quel type de sport vous recherchez. Tout le monde ne peut pas devenir un Douillet. Ainsi selon votre âge, vos possibilités physiques et surtout votre envie, votre pratique s'orientera vers un Judo loisir, un Judo de "maintien en forme" ou un Judo orienté compétition.

    Cette présentation schématique n'a bien sûr rien d'absolu. Tous les petits clubs de France et de Navarre proposent tous les ans une kyrielle de compétitions amicales,ouvertes à tous. Dans une bonne ambiance d'"entraide et propérité mutuelle" (un des principes fondamentaux du Judo), vous confronterez votre Judo à de nouveaux partenaires. Ainsi, pas besoin de faire 8 heures de Judo par jour pour monter sur un podium !
    Des clubs proposent parfois des "entraînements de masse" réunissant les clubs des environs. Ce qui permet aux judokas de mesurer et comparer leur niveau en dehors de toute idée de compétition. Il existe également des échanges inter-clubs.

    Compétitions, entraînements de masse, c'est bien beau tout ça, mais qu'est-ce que le Judo ?

    Le Judo est un sport de préhension. Hein ? Quesaquo ? Cela signifie que les deux combattants se tiennent par le judogi (plus communément appelé "Kimono").
    Au karaté ou au Tae Kwon Do par exemple, ce n'est pas le cas. Ces sports sont dits "poings-pieds". Les combattants se frappent sans jamais se saisir. D'ailleurs leurs kimonos ne sont pas assez résistants pour ça.
    Pourquoi se tenir ? Parce que l'on se projette. Ceci ne se fait pas n'importe comment mais par un certain nombre de techniques.

    Très schématiquement, on distingue :

    • les projections par dessus :
      • l'épaule
      • la hanche
    • les fauchages
    • les balayages
    • les sacrifices du corps

  • Votre enfant fait du Judo, vous l'accompagnez en compétition mais n'y comprenez rien.
  • Pour être vainqueur d'un combat, il faut marquer "Ippon". C'est à dire projeter avec force et vitesse le partenaire sur le dos avec contrôle. Si l'un de ces éléments fait défaut, on ne marque que "Waza-Ari". Si le partenaire chute sur le côté du corps, il n'y aura que "Yuko". Et s'il ne chute que sur le postérieur, il y aura "Koka", c'est le plus petit avantage technique que l'on peut avoir sur le partenaire. Cet avantage n'est désormais plus utilisé. Si ce dernier chute sur le postérieur et, dans l'instant, roule sur le dos, l'avantage technique marqué est Yuko.

    Le Ippon arrête net le combat. Deux Waza-Ari valent un Ippon. Deux Yuko valent moins qu'un Waza-Ari.

    Petit exercice : Alexandre a 1 Waza-Ari, 1 Yuko à l'issue du temps réglementaire (qui varie selon l'âge des combattants et le type de la compétition, officielle ou amicale). Nicolas a 1 Waza-Ari et 2 Yuko. Qui gagne ?
    Chacun ayant 1 Waza-Ari, ces avantages techniques s'annulent.
    Alex a 1 Yuko.
    Nico a 2 Yuko.
    Annulons 1 Yuko de chaque côté, que se passe-t-il ?
    Alex n'a plus d'avantage et Nico 1 Yuko. Donc Nicolas a gagné.

    Certaines compétitions admettent le "match-nul". Pour les autres, il faut un vainqueur. On part sur une prolongation (Golden Score) au cours de laquelle le premier avantage marqué donne la victoire. Dans le cas contraire, l'arbitre et les deux juges votent pour le judoka qu'ils estiment avoir été le plus combattif. On dit qu'il y a décision.

    Un combat peut aussi se gagner au sol. On parle d'immobilisations. Il faut maintenir le partenaire sur le dos, les deux épaules collées au sol pendant un certain temps.
    Si on parvient à conserver ce contrôle au sol 20 secondes, on gagne le combat par Ippon.
    De 0 à 9 secondes, on ne marque aucun avantage technique, sinon un "Kinza", c'est à dire un avantage de combattivité qui compte en cas de décision à prendre par l'arbitre et les juges.
    De 10 à 14 secondes, on marque Yuko.
    De 15 à 19 secondes, on marque Waza-Ari.
    Un Waza-Ari acquis au sol se cumule avec un Waza-Ari acquis debout (et réciproquement) pour donner la victoire par Ippon.

  • En combien de temps peut-on devenir ceinture noire ?
  • Il faut trois ans de licence plus l'année en cours dit le réglement. Donc, au bout de quatre ans environ, on peut devenir ceinture noire.
    Que faut-il faire ?
    Il faut "passer les Katas". Les Katas sont un enchaînement de techniques. Pour le premier dan, il faut démontrer la première partie du "Nage No Kata" : 3 fois 3 techniques de projection.
    Il faut aussi gagner 100 points en compétition officielle contre d'autres ceintures marrons. Seuls les Ippon et les Waza-Ari comptent. Les Ippon rapportent 10 points et les Waza-Ari 7.
    Il faut enfin assister à un stage de commissaire sportif (teneur de table), passer avec succès un examen portant sur le contenu du stage et mettre en pratique cet apprentissage lors d'une compétition officielle.

  • Quel est l'ordre des ceintures ?
    • Ceinture blanche, il suffit de commencer le Judo pour la porter
    • Ceinture jaune
    • Ceinture orange
    • Ceinture verte
    • Ceinture bleue
    • Ceinture violette, seulement si le judoka est trop jeune pour porter la ceinture marron
    • Ceinture marron
    Tous ces grades sont donnés par les professeurs des clubs. Pour les jeunes enfants, "marchant à la carotte", il y a des demi-ceinture (pré-jaune, pré-orange, etc.), voire des barrettes qu'il faut coudre sur la ceinture.

    Les ceintures qui suivent sont délivrées par la FFJDA (Fédération Française de Judo et Disciplines Associées) au nom du Secrétaire d'état chargé de la Jeunesse et des Sports. Ils sont reconnues internationalement.

    • Ceinture noire : du premier au cinquième dan
    • Ceinture blanche-rouge : du sixième au huitième dan
    • Ceinture rouge : neuvième et dixième dans

    Il n'y a pas de ceinture au delà de ce grade. Symboliquement, il fût donné à JIGORO KANO, le créateur du Judo, après sa mort, le grade de douzième dan. Ceci, sachant qu'il n'y a pas de onzième dan.

    Les ceintures de couleur ont été créées par Maître KAWAISHI.

    Quelque soit le grade passé, le judoka est apprécié sur trois critères :

    • Valeur corporelle : TAI
    • Valeur technique : GHI
    • Valeur morale : SHIN

  • Pourquoi s'échauffer ?
  • L'échauffement est là pour préparer le corps à l'exercice physique intense que sont les randoris. (Un randori, c'est un combat lors d'un entraînement).
    Lorsque l'on est enfant, on ne comprend pas toujours l'intérêt des échauffements. Il suffit d'expliquer que si on ne s'échauffe pas bien, on risque de ce blesser.
    L'échauffement débute en général par une augmentation progressive du rythme cardiaque. Puis on échauffe plus en profondeur les articulations et les muscles pour enchaîner sur des étirements. Il ne faut pas oublier que Judo signifie "Voie de la souplesse" en japonais. Le renforcement musculaire (pompes, abdos, ...) sera très léger, voire inexistant, pour les enfants.
    Bien sûr, avec des enfants, on privilégiera une approche ludique.

    Pour voir des exemples de techniques, en vidéo, cliquez ici !

    A lire également (plutôt réservé aux initiés) :
    - Le Judo expliqué par Jigoro Kano
    - Le code d'honneur du Collège National des Ceintures Noires de France